Forum Grece et petites annonces
Forum : Agora

Répondre au sujet | Messages privés | Retour au forum

Auteur grece hebdo
irene
Posté le :
16.03.2012 01:56
PM

St Pierre les Nemours - France
Hors ligne
bonjour

Extraits du grece hebdo du 15 mars

Mélina Mercouri: e suis née grecque.

Le cinéma grec : Mélina Mercouri : “Je suis née grecque”

"On a l’impression que tout est dit et écrit sur cette femme connue un peu partout dans le monde sous le nom de Mélina Mercouri. Toutefois, rendre hommage à elle constitue un devoir qui revient souvent à l’ordre du jour.

Figure extraordinaire, voire polyvalente, elle a laissé ses traces dans l’histoire grecque contemporaine, en tant qu’actrice, chanteuse, activiste et femme politique. Née à Athènes en 1920, issue d’une famille de la grande bourgeoisie, Mélina est la petite-fille d’un maire réussi et populaire d’Athènes. Dans ce foyer, si riche en rencontres, elle s’initie aux valeurs de la démocratie et à l’art du débat politique.

Déterminée à devenir actrice malgré l’opposition de sa famille, elle étudie à l'Ecole Dramatique du Théâtre National et commence sa carrière sur scène à Athènes. Son premier succès vient en 1949 avec la pièce ‘Un tramway nommé Désir’ de Tennessee Williams. Ensuite, elle s’installe à Paris, où elle rencontre Marcel Achard et joue des pièces de boulevard.

C’est en 1955 que Michalis Cacoyannis lui confie son premier rôle au cinéma dans Stella, (version grecque de Carmen), film qui la rend célèbre. C’est la période de la rencontre avec son futur mari, le réalisateur américain, Jules Dassin, déjà connu pour son engagement politique et ses films d’une virtuosité rare (Les Forbans de la nuit,1950 et Du rififi chez les hommes, 1955).
Désormais, le couple (photo en haut) sera uni dans la vie et au cinéma et Mélina jouera dans huit de ses films, dont le premier est Celui qui doit mourir (1957), adaptation à l’écran du roman de Nikos Kazantzakis, “Le Christ recrucifié".

Le grand succès vient en 1960, avec Jamais le dimanche (video) où Mélina incarne Ilya, une prostituée populaire, libre et indépendante des quartiers du Pirée, qui chante “Les Enfants du Pirée” de Manos Hadjidakis, une mélodie reconnue depuis dans le monde entier. Le film, nommé pour 5 Oscars, apporte au couple une grande renommée internationale. Pour ce rôle, Mélina remporte le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes. En 1967, l’adaptation théâtrale du film gagne Broadway, à New York.
Parmi les autres films réalisés par le couple, à noter également Phaedra (1962), transposition moderne de la tragédie d’Euripide, et Topkapi (1964) (vidéo) où Mélina joue à côté de Peter Ustinov.

En 1967, la dictature des colonels est imposée en Grèce et Mélina exprime ouvertement son opposition au régime, ce que lui coûte la privation de ses droits civiques et son exil en France. Jusqu’à la restauration de la démocratie en 1974, elle milite contre la dictature. En 1973, elle publie son autobiographie, intitulée “Je suis née grecque”, dans laquelle elle exprime son amour profond pour son pays et son peuple.

Dès son retour en Grèce (1974), Mélina se consacre à la politique. Membre fondateur du Parti Socialiste (PASOK) et puis députée, elle devient ministre de la Culture du 1981 au 1989. Elle lie son nom notamment aux efforts effectués pour la restitution en Grèce des marbres du Parthénon, qui se trouvent au British Museum de Londres, une lutte poursuivie après sa mort par la Fondation Mélina Mercouri. En 1985, en tant que ministre, elle développe, dans le cadre du Conseil européen, l’idée de la “ville européenne de la culture” visant à contribuer au rapprochement des peuples d'Europe. Elle redevient ministre de la Culture du 1993 jusqu’à la fin de sa vie en 1994.

En 1997, un prix international Mélina Mercouri a été prévu par l’UNESCO, en récompense des actions de sauvegarde et de mise en valeur des grands paysages culturels du monde.

D’un tempérament saisissant et surtout passionné de tant de choses différentes, Mélina a lutté avec zèle pour la promotion de la culture grecque. Son peuple garde toujours d’elle un souvenir vif, en lui reconnaissant son grand amour pour la vie, l’art et la Grèce et pour son ‘esprit grec’ authentique. "

www.grecehebdo.gr

irene
Posté le :
05.04.2012 10:11
PM

St Pierre les Nemours - France
Hors ligne
Bonjour
dans le Grèce Hebdo Du 5avril 2012

hommage à Irène Papas


"Née en 1926 à Chiliomodi à Corinthe, Irène Papas est considérée comme l’une de grandes dames du cinéma grec, qui a également mené une brillante carrière internationale. Son nom est lié aux rôles classiques, mais également à de grands succès hollywoodiens et italiens.

Elle fait des études à l'Ecole Dramatique du Théâtre National à Athènes, près du grand maître, Dimitris Rontiris, et dans les années 50, elle s’excelle dans des rôles tragiques, comme “Médéa” et “Electre”.

Son talent indéniable et son tempérament dynamique suscitent l'intérêt des producteurs et des réalisateurs du cinéma, grecs et étrangers, et très vite elle se consacre au grand écran. Elle joue dans quelques films grecs, comme Anges perdus (1948), l’un de grands succès de Finos Films, Cité morte (1951), et Lac des pleurs (1959).

Dans la même période elle débute sa carrière internationale avec des films italiens, comme Les Infidèles (1953) et Attila, fléau de Dieu (1955), et le film américain La loi de la prairie (1956) (Tribute to a bad man).

Le succès vient avec Les canons de Navarone (1960) et deux ans après, une longue coopération avec le réalisateur Michalis Cacoyannis commence. Fruits de cette coopération, la trilogie antique, Electre (1962) (vidéo), Les Troyennes (1971) et Iphigénie (1977), et bien sur Zorba le Grec (1964), dont l’énorme succès lui confère une notoriété internationale. En 1969, Irène Papas est choisie par Costa Gavras pour jouer à côté d’Yves Montand dans le film Z, interprétation qui lui vaut l’Oscar.

De sa longue et continue présence cinématographique de plus de 50 ans et de 70 films, on note également ses rôles dans le Chronique d’une mort annoncée (1986) de Francesco Rosi et Capitaine Corelli (2001) de John Madden.
Irène Papas s’occupe également de la musique, prêtant sa voix dans deux albums de Vangelis et apparaît dans quelques séries télé, comme L’Odyssée.

Parmi ses nombreux prix, notons le prix Femmes d'Europe qui lui a été décerné en 2002 pour sa contribution culturelle et artistique. En 2008, elle a été également honorée par la Biennale de Théâtre de Venise.

D’une beauté méditerranéenne et d’un style d’interprétation tout particulier, elle est souvent caractérisée comme l’incarnation de la tragédienne grecque. Ses rôles portent la plupart des fois sur la vie dure des femmes. Comme elle a affirmé : “Je n’ai jamais voulu interpréter des femmes sensuelles ou désirables. J’ai voulu jouer moi-même; la militante indépendante.”

http://www.grecehebdo.gr/

irene
Posté le :
04.05.2012 22:06
PM

St Pierre les Nemours - France
Hors ligne
grece hebdo du 3 mai 2012

Extrait


"Quatre médailles pour la Grèce!

La Grèce a gagné quatre médailles à la Coupe du Monde de Gymnastique qui a eu lieu du 27 au 29 avril, à Osijek en Croatie.

Le champion grec, Vlasis Maras, a remporté la première place à la barre horizontale.

De plus, Lefteris Kosmidis a également remporté une médaille d'or aux exercices au sol, Vaso Millousi la médaille d'argent à la poutre et Lefteris Petrounias la médaille de bronze aux anneaux."

Les elections législatives du 6 mai 2012

http://www.grecehebdo.gr/


"12 heures pour la Grèce est une initiative des citoyens de différentes nationalités vivant à Bruxelles qui adresse un message concret de solidarité au peuple grec en ces temps de crise.

L’événement, qui aura lieu à Bruxelles aux Halles de Schaerbeek le mercredi 16 mai 2012, de midi à minuit, est une occasion unique de découvrir la Grèce, sa culture, sa cuisine et ses habitants.

Cet événement permettra aussi de discuter des stéréotypes dominants et des idées reçues sur la Grèce et tout cela sous une atmosphère festive.

Le public aura l’opportunité d’assister gratuitement à une lecture-marathon de l’Odyssée, ce qui durera à peu près 8 heures!

De plus, la soirée du 16 mai est dédiée à des animations de danse, de théâtre et de musique préparées par les associations helléniques de Belgique. L’entrée coutera 10 euros et les bénéfices tirés seront versés à l’association ‘Le sourire de l’enfant’, chargée des enfants en difficulté."



irene
Posté le :
25.06.2012 01:13
PM

St Pierre les Nemours - France
Hors ligne
Bonsoir

le Grece hebdo du 21 juin

http://www.grecehebdo.gr/
irene
Posté le :
25.06.2012 01:20
PM

St Pierre les Nemours - France
Hors ligne
suite Grec Hebdo sur Anafi l'île d'Apollon

"Hors du chemin – Hors du commun: Anafi
la plus petite île des cyclades

Hors du chemin – Hors du commun: Anafi
Posted: 18 Jun 2012 11:30 PM PDT"

Anafi, l’île d’Apollon


La lointaine Anafi est une des plus petites et plus belles îles des Cyclades, à deux heures de bateau à l’est de Santorin. Elle a une superficie de 38 km², 38 km de côtes et moins de 300 habitants.

Selon la mythologie, c’est Apollon qui a fait monter le rocher en pleine mer pour offrir un abri aux Argonautes fatigués de la tempête. Chora, l’agglomération principale de l’île, est d’une architecture cycladique caractéristique. A ne pas manquer les ruines de la ville ancienne et du temple d’Apollon.

Anafi garde encore son paysage sauvage et reste pour le moment loin du tourisme de masse. Ses plages de sable fin sont magnifiques et on peut se promener en profitant de belles vues sur la Mer Egée. Le confort sur l’île est ‘de base’ et la seule infrastructure touristique est constituée de quelques tavernes ou bars et de quelques chambres. Mais pour les amateurs c’est justement ça qui fait le charme d’Anafi.
calliopie
Posté le :
25.06.2012 13:52
PM

le Haillan - France
Hors ligne
yassou Irini !
merci pour ces infos sur Anafi ! filakies
Répondre au sujet | Messages privés | Retour au forum

Pages :1 2
Top